instrumentimageriesourcescollections
Texte

En France

L'apprentissage de la musique traditionnelle s'est longtemps fait par le biais de l'oralit: la transmission passait, comme pour d'autres savoir faire techniques ou artistiques, par immersion, ou "d'oreille", dans un cadre plutt informel et sans le recours l'criture, souvent dans le contexte familial ou en tous cas villageois. Ce mode de transmission fonctionne bien sr encore de nos jours, et de toutes faons, mme crite, la musique ne peut tre enseigne sans le contact et l'change entre les personnes.

L'institutionnalisation des musiques traditionnelles

Le revival marque le dbut d'une nouvelle re dans le domaine de la pratique de ces musiques et consquemment, dans celui de leur transmission. Si le mouvement folklorique s'est appuy sur des musiciens encore issus du monde rural, les annes 70 marquent un tournant important car la reprise en main des musiques rgionales s'est faite par des musiciens plutt forms au classique, seul secteur offrant alors un enseignement. Ces derniers se sont trouvs dans la ncessit de se former avec les derniers musiciens traditionnels encore vivants, quand ils existaient, ce qui n'est pas le cas partout, qui leur ont transmis de bouche oreille leurs techniques et le rpertoire. Puis trs vite, la transmission a t assure dans le cadre d'un systme de type scolaire avec un enseignement donn dans le contexte formel et organis d'un cours (en conservatoire ou cole de musique, en cours privs, par le biais de stages...), et avec l'aide la plupart du temps, de livres appels mthodes qui se basent sur l'criture solfgique, - mme si comme pour toute musique d'ailleurs, on peut aussi apprendre uniquement d'oreille... Ainsi une des consquences du revival a-t-elle t l'institutionnalisation du domaine des musiques dites traditionnelles. Ds 1980 (anne du patrimoine), la Direction de la musique du Ministre de la Culture s'est pench sur ce secteur, non pas seulement pour promouvoir la cration et la recherche, mais aussi pour encadrer l'ducation. Des diplmes ont t crs et sont dsormais exigs pour enseigner dans les tablissements agrs. D'aprs un rapport du Ministre, il existe en 2006 presque 5000 tablissements o s'initier la musique traditionnelle (coles municipales, coles relevant du statut associatif ou priv, centres de pratique musicale avec cours et ateliers). On compte aussi plus d'un millier d'associations d'enseignement de musiques traditionnelles rpertories dont un quart se trouve en Bretagne. Il semblerait que le dveloppement des ensembles du type bagado a favoris le dveloppement de ces coles et associations mme si les jeunes recrues sont aussi formes sur le tas. L'engouement pour ce type d'ensembles dans le courant de la musique dite celtique a ainsi permis, outre le dveloppement de la pratique amateur, la formation d'un nombre important de jeunes.

 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)