instrumentimageriesourcescollections

Présentation générale

 

L'imaginaire de la cornemuse ne tient pas seulement aux riches décors qui sont portés sur elle, à son jeu multisonore ou à son fonctionnement en partie dérobé à la vue. Il ne réside pas uniquement non plus dans sa forme, pourtant si particulière, tirée d'une nature animale que l'on dissimule ou cherche au contraire à dévoiler. La cornemuse est aussi enveloppée de tout un mystère hérité des figures singulières incarnées par son joueur au cours de l'histoire des arts, qui sont autant de signes accumulés et réactualisés notamment dans les créations graphiques plus récentes appliquées à l'essor du tourisme.

Les figures du cornemuseur

Jouée par des êtres surnaturels dans l'iconographie et la sculpture au Moyen Age, la cornemuse entretient le mystère et le merveilleux propre aux récits légendaires ou bibliques. Sous d'autres traits plus humains mais pas moins connotés d'étrangeté, le joueur de cornemuse incarne tour à tour plusieurs symboles : celui de musicien noceur, dépravateur, rythmant les cérémonies de la danse et du mariage, ou celui, plus marginal encore, de musicien errant, mendiant, transportant par sa seule présence dans l'espace public les questions de la différence sociale et de l'altérité. Mais la figure la plus prégnante et revisitée au cours de l'histoire des arts est sans doute celle, universelle, du berger musicien, si familier et sauvage à la fois. Il apparaît d'abord dans le rôle de pasteur médiateur du message céleste puis cristallise progressivement l'authenticité d'un monde rural idéalisé.

Le tourisme à l'oeuvre dans les représentations
Aujourd'hui, pour certains encore, la cornemuse porte à travers les clichés que véhicule d'elle le tourisme, les rêveries associées au pittoresque, au pastoralisme, à la ruralité, et à un certain archaïsme ou primitivisme censé être incarné par les traditions musicales populaires. A partir du XIXe siècle, les premiers clichés photographiques artistiques, relayés par les documents visuels ethnographiques du XXe siècle, apportent un témoignage direct sur les pratiques, mis en regard des productions picturales figuratives, plus ou moins réalistes.

En page d'accueil: Fête dans une auberge, huile sur toile de Steen Jan Havicksz (1626-1679)
Collection Musée du Louvre, Paris, France (INV1863)
© RMN/Adélaïde Beaudouin


 

 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)