instrumentimageriesourcescollections
Texte

Fêtes, danses, réjouissances

avantaprès

L'image de la cornemuse est aussi invoquée dans des tableaux figurant les réjouissances, de la vie cérémonielle comme de la vie quotidienne. Dans les décors précieux de la cour aux XVIe et XVIIe siècles, ou dans ceux plus modestes des auberges, terrains de foire, fêtes villageoises et banquets en plein air... les cortèges, les danses et les festins sont menés ou animés au son de la cornemuse.

Kermesses flamandes...
Les scènes de kermesses flamandes du XVIIe siècle sont peut-être les plus représentatives. Il semble que l'instrument, par ses apparences formelles et ses propriétés sonores, évoque l'opulence, la liesse, l'élan, et renforce l'évocation du désordre recherchée par le peintre pour rendre compte du rythme et de la polyphonie formés par la foule investie dans une multitude de scènes synchrones. De là est vite franchit le pas... fêtes licencieuses, dépravation des mœurs, diabolisation... La croyance dit qu'il ne faut pas se marier avec un cornemuseur, sans cesse sur les routes et dans les fêtes à s'amuser, incapable de fonder une famille. Le cornemuseur endosse ainsi le rôle de l'amuseur, du dépravateur. Sa présence est indispensable aux réjouissances publiques, bien que, paradoxalement, il ne soit pas considéré comme fréquentable.

... et scènes nuptiales

Le musicien est souvent de la noce dans les tableaux. Le mariage, événement officialisant l'union d'un nouveau couple dont la progéniture viendra renforcer la communauté villageoise et en assurer la perpétuité, met le cornemuseur dans la position ambiguë de "chantre" de la sexualité. Il incarne, du haut de son autorité de musicien, les contradictions du désir désordonné, bestial, mais contenu et policé, associées au mariage. Les ethnologues ont mis en évidence le fait qu'avec sa cornemuse dont il n'aura échappé à personne qu'elle fonctionne grâce à un tube gonflant une outre, le cornemuseur célèbre, dans l'inconscient collectif le plus profond, la virilité de l'homme et la fécondité de la femme.

 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)