instrumentimageriesourcescollections
Texte

Mendicité, itinérance

avantaprès

Le caractère spectaculaire et énigmatique de l'instrument déteint sur le cornemuseur et tend à faire de lui, à partir du XIXe siècle, un marginal propulsé sur la scène sociale avec toute l'étrangeté de son savoir et de sa condition. Jeté sur la route avec le montreur d'ours, animant lui-même des marionnettes, ou n'exhibant rien d'autre que son instrument, le cornemuseur attise la curiosité, et fait de la rue, le temps de sa prestation, une scène de théâtre parfois contraire à l'ordre bourgeois.

Le zampognar italien, figure de l'errance
Le cornemuseur se déplaçait de fêtes en foires, trouvant-là diverses occasions de gagner sa vie. Il a de ce fait souvent été représenté de façon très réaliste sous les traits d'un musicien ambulant, faisant l'aumône en partant sur les routes, seul ou accompagné d'un autre musicien, compagnon de fortune ou d'infortune... Cette image s'est organisée et concentrée autour de la figure du zampognar italien, très fréquente dans la peinture et la photographie, mais aussi dans les chromolithographies qui apparaissent dès le milieu du XIXe siècle, petites images publicitaires à coller dans des albums, offertes par les fabriques de produits alimentaires et qui contribuent à véhiculer ce cliché. La représentation du cornemuseur traversant les rues des villages ou se joignant comme saisonnier aux moissonneurs, permet au peintre, au dessinateur ou au photographe de fixer sa destinée d'itinérant, oubliant son existence comme musicien de village ou de bourg, attaché à sa terre et personnifiant, au sein des communautés villageoises, avec l'imposant et unique bagage de son instrument, une forme d'exotisme captivant.
 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)