instrumentimageriesourcescollections
Texte

Cartes postales et clichés

avantaprès

Les cartes postales véhiculent, à la limite de la dérision, une image des "Types populaires", de Bretons ou Auvergnats en sabots, juchés sur une table ou sur un tonneau, fascinants et réconfortants par leur rusticité. Les musiciens prêtent leur image à cette invention d'un folklore plus vrai que nature.

Une imagerie naïve
Le graphisme développé dans le domaine des arts appliqués de l'époque (céramiques, affiches publicitaires, cartes réclamec) véhicule une imagerie naïve de la cornemuse et de son joueur, l'instrument est représenté de façon tantôt rudimentaire, tantôt élaborée, souvent irréaliste. La cornemuse figure aussi dans des compositions plus énumératives des richesses de chaque terroir ou de chaque pays à destination des touristes d'une France centralisée découvrant les provinces grâce aux chemins de fer. Les nations européennes sont représentées dans les chromos par leurs instruments de musique, leurs danses typiques.
L'Ecossais et son kilt
Impossible de voir des sonneurs bretons autrement que perchés sur un tonneau ou d'évoquer un Ecossais sans son kilt et sa cornemuse assortie, une image qui va d'ailleurs masquer dans la culture musicale populaire de tout un chacun la grande variété des cornemuses du monde, que le tourisme avait pourtant commencé à diffuser et que le folklore tentait de faire perdurer.
Les gadgets touristiques
Le tourisme social connaît un essor considérable avec l'avènement des congés payés, les Français voyagent et rapportent des objets de faïence, des porte-clefs, des miniatures où la cornemuse est largement représentée, comme d'autres objets-symboles, mémoire du lieu et de ses traditions "authentiquement dépaysantes". Aujourd'hui encore, de tels bibelots touristiques sont fabriqués en série, et vendus dans les boutiques de souvenirs.
 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)