instrumentimageriesourcescollections
Texte

Échelle, tonalités et doigtés

 

La mélodie et son accompagnement

Si le jeu de la cornemuse consiste parfois en une ligne mélodique soutenue par un bourdon, dans certains cas, la présence d'un ou de plusieurs tuyaux semi-mélodiques apportent un autre soutien à la mélodie.

Cet aspect peut être illustré par différentes cornemuses comme la duda hongroise. Son tuyau semi-mélodique, appelé kontra, possède un seul trou de jeu. Il produit deux notes : une note à l'unisson de la note la plus grave du tuyau mélodique (trou ouvert), et une autre à la quarte inférieure (trou bouché). Le kontra ponctue les diverses phrases de la mélodie par un interlude (oscillation entre tonique et dominante) ; possède un rôle rythmique en contrepoint du "trou de puce" (le plus haut sur le tuyau mélodique) ; permet des effets comme les trémolos graves. La fin de la séquence vidéo montre le jeu sur le "trou de puce", qui, percé très haut, laisse entendre le son "brut" de l'anche, fort et agressif. En raison de sa puissance sonore, il est aussi utilisé pour donner de fortes impulsions rythmiques, utiles pour les répertoires de danse en plein air.

[durée: 1'15]

 


Le uilleann pipes irlandais présente un cas assez particulier en raison de la présence, sur les instruments les plus complets (le practice et le half set en sont dépourvus), de trois tuyaux semi-mélodiques, un ténor, un baryton, une basse, appelés regulators et munis d'une anche double. Equipés uniquement de clefs actionnées par le poignet, ils permettent d'ajouter à la mélodie produite par le chanter un accompagnement harmonique, rythmique ou plus rarement une ligne de basse. Dans cet extrait vidéo, le piper Mick O'Brien fait entendre les accords que l'on tire de ces tuyaux accompagnateurs. Il poursuit avec un morceau où il les utilise en accords soutenus pour accompagner la mélodie principale. Michael O'Connell, dans le deuxième extrait, les utilise d'une façon beaucoup plus rythmique.

Premier extrait [durée: 0 à 1'52]
Deuxième extrait [durée: 1'52 à 2'57]
 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)