instrumentimageriesourcescollections
Retour

Cornemuse chabrette (05)
avantaprs

France / Limousin 2001.33.1
Dsignation
Chabrette
Notes : ce terme vient de l'occitan parl au Limousin, chabreta (employ ds le 17e  s.) qui signifie litt. petite chvre, et par extension, cornemuse. Le "e" se prononce en occitan, mais dans la version francise du terme, le mot chabrette (cornemuse du Limousin) s'est vu ajouter un deuxime "t" pour rendre le son "" et sa finale est devenue "e" au lieu de "a". Nom des parties en occitan : bufareu (tuyau d'insufflation), aubo (tuyau mlodique ou hautbois avec le p, le pavillon, la lanterna, la fontanelle et la clau, cl de jeu ), gro bordon (grand bourdon), petit bordon (petit bourdon), empenha (souche-botier, avec les miroirs : glaas), peu (peau, pour rservoir).
Facteur
Nom : serait attribu au Second Atelier de Limoges
Date : vers 1800
Lieu : France, Limousin, Haute Vienne
Notes : Cette chabrette a probablement t construite dans la seconde moiti du 18 sicle. On remarque l'emploi trs inhabituel de l'ivoire (pavillon, lanterne, bourdons, plaques d'ivoire sur le ct du botier), et une perfection dans l'usage du tournage qui signalent un artisan particulirement habile. Le pavillon par exemple comporte un pas de vis filet dans l'ivoire qui permet de le dvisser en deux parties, exemple unique pour une chabrette. Le nom de ce fabriquant reste inconnu mais relve trs probablement du Second Atelier de Limoges, tel qu'il est connu par d'autres instruments.
Musicien
Nom : Andr Pangaud (1905-1992), Hubert Marcheix puis les musiciens du groupe l'Eicolo dau Barbichet
Date : 19e  et 20e sicles
Lieu :  France, Limousin, Limoges
Notes : Le joueur se dit chabretaire en occitan, et dans la version francise du mot, il n'a qu'un seul "t" (se prononce cha-br-tair).
Matires et techniques
Matires : buis, ivoire, laiton, tain, bois, miroirs, cuir, filasse, velours
Description : Corps du hautbois en buis, ivoire et laiton ; fontanelle en ivoire ; pavillon en ivoire ; botier en prunier, tain et miroir ; petit bourdon en buis et en ivoire ; grand bourdon en buis, ivoire, prunier et tain ; tuyau d'insufflation en prunier et en ivoire ; chanes en laiton ; sac en cuir et en velours ; tuyau d'insufflation de rechange en buis. Le botier rectangulaire possde des incrustations latrales d'os et frontale d'un miroir (bris). Le dos est sans dcor. La partie infrieure possde un embotement en tain dentel. Le hautbois est en un corps avec un pavillon spar tout en ivoire. Sa clef est cache par une fontanelle ajoure qui comprend deux ranges d'orifices circulaires. Le petit bourdon et le grand bourdon sont en trois segments. Ils comportent des motifs circulaires gravs de mme que le tuyau d'insufflation. Le sac est recouvert d'une robe rouge rcente.
Dimensions gnrales
Hauteur : 48,5 cm
Largeur : 21 cm
Epaisseur : 11 cm
Poids : 1160 gr 
Longueur du hautbois : 33,5 cm
Description
Cette cornemuse rpond aux caractristiques organologiques des chabrettes en raison de la prsence de miroirs (on parle d'ailleurs de "cornemuses miroir") d'un bourdon perce multiple dont le principe et la facture sont particulirement aboutis. La chabrette prsente de nombreuses caractristiques la rattachant la tradition savante des tourneurs d'instruments des 17e et 18e sicles : insertion du hautbois et du petit bourdon dans un botier-souche, prsence du bourdon perce multiple cylindrique, double clef pour fermer le premier trou de jeu, prsence d'une fontanelle ajoure pour cacher la clef, emploi de l'ivoire, tournage raffin moulures trs fines et godrons, prciosit et varit des autres matriaux.
Cet instrument figure parmi les plus anciens de ce type (fin 18e - dbut 20e) rpertori par Eric Montbel. Par sa facture trs raffine, cette chabrette se rattache aussi aux musettes de cour. Atypique dans le corpus runi par Eric Montbel, elle constitue probablement l'un des chanons, ct des grandes chabrettes trois bourdons et des modles dits de "l'atelier de Saint-Yrieix-la-Perche", d'une tradition de "hautbois et cornemuses de Poictou" utiliss par les musiciens professionnels dans les bals de toutes les couches de la socit la fin de la Renaissance et la priode baroque. Les dcors d'tain sont peut-tre plus tardifs que le reste de l'instrument (fin 19e ?).
L'instrument est muni d'un rservoir rcent. La patte de clef manque et une fracture dans la perce est maintenue par une ligature. Une tude acoustique a t ralise au muse de la musique Paris qui a montr qu'en raison de la fracture, les graves de l'instrument ont perdu leur qualit. Le MuCEM conserve la radiographie faite cette occasion au muse de la musique.
Collection
Antrieure : Nicole Bayle, en tant que prsidente du groupe folklorique l'Eicolo dau Barbichet.
Notes : L'acquisition de ces lments de chabrette (entre dans les collections nationales en 2001) fait suite l'exposition "Souffler c'est jouer : chabretaires et cornemuses miroirs en Limousin". En effet, quatre cornemuses prtes pour l'exposition ont ensuite t proposes au MNATP qui ne possdait alors que celle inventorie 1943.140.1.
Collection associe : aucune.
Constat d'tat
Assez bon tat
Notes : La robe de velours est un peu dchire, le miroir du botier est bris (il n'tait pas d'poque mais avait dj t remplac par l'Eicolo dau Barbichet) ; l'extrmit du bourdon a t casse et il en manque une petite partie.
Bibliographie et exposition
- Eric Montbel, "Cornemuse en Limousin. Essai sur un corpus d'instruments de musique", Mmoire de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris), 1989 (voir sa fiche 76-03-02).
- Catalogue d'exposition "Souffler c'est jouer. Chabretaires et cornemuses miroirs en Limousin", MNATP, avril 1999 / aot 1999, sous la direction de Eric Montbel et Florence Gtreau, p. 109. Elle figure aussi p. 20.
A t expos dans l'exposition "Souffler c'est jouer - Chabretaires et cornemuses en Limousin", Paris Mnatp, 14 avril 1999 - 30 aot 1999, et Saint-Yrieix-la-Perche (87), 10 septembre 1999 - 1er novembre 1999. 
Les informations pour cette notice proviennent de ce catalogue.


Chabrette 2001.33.1
MuCEM - clich Marie-Barbara Le Gonidec

 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)