instrumentimageriesourcescollections
Retour

Cornemuse shüvïr (02)
avantaprès

Russie / district de la Volga DMH X.org 1989.10
Désignation
Shüvïr
Notes : (néant)
Facteur
Nom : inconnu
Date : probablement la seconde moitié du 19e s.
Lieu : Russie, district de la Volga
Notes : Cet instrument est encore fabriqué de nos jours en République Mari-El, parmi la population appelée autrefois les Tchérémisses (peuple finno-ougrien venu de l'Oural), voisins des Tatars et des Chuvashs.
Musicien
Nom : inconnu
Date : probablement la seconde moitié du 19e s
Lieu : Russie, district de la Volga
Notes : (néant)
Matières et techniques
Matières : bois, étain, corne, peau animale (ou vessie?), ficelle, boyau (?).
Description : réservoir en peau (ou vessie), à laquelle s'attache directement la gouttière et le tuyau d'insufflation. La gouttière a été creusée de façon à recevoir les deux tuyaux parallèles en étain.
Dimensions générales
Hauteur : (à prendre) cm
Largeur
: (à prendre) cm
Profondeur
: (à prendre) cm
Poids
: à prendre) gr
Description
Cette cornemuse est d'un type connu aussi dans le Caucase et dans certaines régions de Grèce ainsi qu'à Malte, c'est-à-dire qu'elle est dépourvue de bourdon et possède, logés sur une gouttière, deux tuyaux de jeu, l'un mélodique, l'autre semi-mélodique.
Le réservoir en peau (ou vessie) est sans souche car le tuyau d'insufflation (très court), comme la gouttière s'attachent directement au réservoir grâce à de la ficelle (ou du boyau pour la gouttière).
Celle-ci est en bois et se termine par un pavillon en corne qui semble avoir été rendu solidaire de la souche par un morceau de boyau qui s'est déttaché et a séché au point qu'il n'est pluspossible de le remettre
Les tuyaux de jeu sont de perce cylindrique et possèdent 4 trous surl'un et deux sur l'autre (le dernier de la série des 4 est à la même hauteur que le premier de la série de 2°. Le tuyau à 4 trous possède 5 minuscules trous d'accord. A noter aussi, la présence de cire (pour accordage) sur les trous 3 et 4 (comptés en partant du haut) du tuyau à 4 trous.
Le tuyau d'insufflation est très court (côté extréieur) alors qu'il est assez long à l'intérieur du réservoir dans lequel il pénétre profondément. Il est attaché par de la ficelle.
Collection
Antérieure : Musée de l'Homme, collections du laboratoire d'ethnologie
Notes :
collections anciennement conservées au département d'ethnomusicologie du Musée de l'Homme, mises en dépôt au MuCEM en mars 2006. Cet instrument a été numéroté sous X, c'est-à-dire que sa provenance est inconnue. Au dép. d'ethnomusicologie du Musée de l'Homme, les instruments retrouvés sans aucune trace d'inscription et que des recherches dans les registres d'inventaires n'ont pas permis de retrouver étaient numérotés "X organol" (= organologie), plus l'année de leur inscription (ici 1989.10, soit, dixième objet retrouvé cette année-là). Cette cornemuse semble assez ancienne et date sûrement de l'époque où le MH était encore le Musée d'Ethnographie du Trocadéro (entre 1878 et 1937). Il se pourrait qu'elle soit entrée à l'occasion d'une exposition unverselle, celle de 1889 ou de 1900, à l'issue desquelles de nombreux pays offraient leurs objets au musée.
Collection associée
: aucune.
Constat d'état
Mauvais état.
Notes : le réservoir est très abimé. La gouttière
est déttachée ainsi que le pavillon. Il manque une anche.
Bibliographie et exposition
Aucun ouvrage sur cet objet en particulier, mais on peut consulter le livre (en russe, résumés en anglais) Atlas of musical instruments of the peoples inhabiting the USSR  (sous la dir. de K. Vertkov, G. Blagodatov, E. Yazvitskaya), State Publishers Music, Moscow (URSS), 1975.
N'a pas été exposé.


Vue du réservoir très
abimé, du tuyau d'insuffaltion et du haut de la gouttière
MuCEM - cliché Alice Barrat






 
Juin 2007 © MuCEM (tous droits réservés)